Le Doyen de notre société est décédé

JUILLAND Roland a été un supporter actif dès la création de notre Fanfare en 1955. Il fut parmis les premiers soutiens Financiers qui nous ont permis de mettre en route notre magnifique aventure. J’avais pris le temps de faire causette avec lui il y a quelques temps. Nous étions resté à table dans la villa familiale où il m’avait sorti une valise en cuire où il avait conservé l’ensemble des programmes de notre ensemble musicale. C’est en toute discretion que Roland s’est éteint hier soir. Le Corps de Musique de Saxon présente leur condoléance à son épouse et sa famille.

Salut Daniel… tu nous manques déjà

Voilà que tu as décidé de partir.
Tu nous laisses sans voix, comme collé sur place.
Toi qui avais toujours la positive attitude et l’envie d’aller de l’avant.
Nous voici orphelin d’un maillon centrale du beau collier que représente le Corps de Musique.
Tu étais le dernier de cette génération entre les pionniers et les jeunes musiciens, ta nomination en qualité de membre d’honneur avait été, pour toi, une émotion particulière.
Ta bonne humeur, tes anecdotes au sujet des anciens, nos discussions autour d’une suze, nos parties de cartes au Camp des Jeunes nous manquent déjà.
Mais c’est finalement le côté le moins connu de ta personnalité qui a eu raison de toi. Tu étais discret quand on parlait de ta personne. Tu préférais être ouvert sur les autres.
Nous pensons très fort à ton épouse et à tes deux enfants qui sont membres de notre fanfare.
Je sais la fierté que tu avais envers eux et je sais ta joie quand j’ai appris à Arnaud les prémices du trombone à coulisse.
Nous espérons pouvoir dignement entourer les tiens en ces moments difficiles.
Nos plus sincères condoléances